mercredi 18 octobre 2017

Actualité

Corruption. Prison ferme à l'encontre d'ex-fonctionnaires de la DGAPR. Des peines allant de l'acquittement à un an de prison ferme ont été prononcées à l'encontre de trois anciens fonctionnaires de la DGAPR poursuivis pour corruption. La Chambre criminelle de premier degré chargée   des crimes financiers près la Cour d'appel de Rabat a prononcé, lundi soir, des peines allant de l'acquittement à un an de prison ferme, à l'encontre de trois anciens fonctionnaires de la DGAPR. Menara.ma
Sahara. Horst Köhler reçu par le roi Mohammed VI. Une première étape de conclue pour Horst Köhler. La visite officielle du nouvel envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara à Rabat touche à sa fin ce mardi 17 octobre. Lors de sa deuxième journée de visite au Maroc,   l’ancien président allemand a été reçu par le roi Mohammed VI au palais royal de Rabat. Une audience à laquelle ont également pris part le conseiller royal, Fouad Ali El Himma et le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita. Telquel.ma
Horloge. Le Maroc retourne à l'heure légale ce dimanche. Le Maroc va repasser à l'heure légale GMT le dimanche 29 octobre, a annoncé le ministère chargé de la réforme de l'administration et de la fonction publique. L'heure devra, ainsi, être retardée de 60 minutes le dimanche 29 octobre   2017 à 3h00, a indiqué le ministère dans un communiqué. Cette mesure intervient en application du décret n° 2.13.781 publié le 21 Dou Al kiida 1434 (28 septembre 2013), modifiant le décret n° 2.12.126 du 26 Joumada I 1433 (18 avril 2012). Quid.ma
Rabat. Un nouveau centre de cardiologie voit le jour. Le Roi Mohammed VI a procédé, ce mardi, à l’inauguration du Centre de Cardiologie de l’Hôpital militaire d’Instruction Mohammed V de Rabat. Édifié sur une assiette foncière de 3.605 m2, avec une surface couverte de 12.000 m2, le nouveau Centre, qui a mobilisé un investissement de 324 millions de dirhams, s’articule autour de quatre grands secteurs.    Ledaily.ma
Santé. Les femmes enceintes continuent de mourir au Maroc. Les femmes enceintes continuent de mourir au Maroc. Pas dans des zones enclavées où elles ont du mal à arriver aux maisons d'accouchement, mais dans des villes sans relief et sans gloire. La femme meurt à cause d'un système de négligence et de mauvaise gestion des moyens humains et matériels. Un système qui a favorisé la corruption des uns et l'épuisement des autres.    Huffpostmaghreb.com