dimanche 26 mars 2017

Actualité

Laâyoune. Des chômeurs tentent de s’immoler dans un bus. Retour à l’ordre. Dans la soirée du 23 mars, des dizaines de chômeurs ont investi un bus appartenant à l’Office chérifien des phosphates et ont menacé de s’immoler par le feu s’ils n’obtenaient pas un emploi dans l’exploitation de PhosBoucraâ. Ce n’est que   dans la nuit que les forces de l’ordre, avec l’aide d’éléments de la protection civile, ont réussi à les déloger à coup de jets d’eau. L'opération a fait plusieurs blessés qui ont été transportés à l’hôpital de Laâyoune, selon plusieurs sources médiatiques. "Les forces de l’ordre sont intervenues sous les ordres du parquet général. Toute la procédure légale a été respectée". Telquel.ma
Horloge. Le Maroc passe à l'heure d'été le dimanche 26 mars. L’heure légale au Maroc sera avancée de 60 minutes (GMT+1), dimanche 26 mars 2017 à 2h00 du matin. Cette mesure intervient en application du décret N° 2-13-781 du 21 Dou Al Kiada 1434 (28 septembre 2013) modifiant le décret N° 2.12.126 du   26 Joumada I 1433 (18 avril 2012) portant modification de l’heure légale, indique le ministère de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration. Menara.ma
Istiqlal. Le prochain congrès signera la fin du règne Chabat. La tension monte d'un cran au sein du parti de la Balance. Depuis le 23 mars, date à laquelle le juge des référés du tribunal de première instance de Rabat a prononcé la levée de suspension émanant de l'Istiqlal et visant à évincer Karim Ghellab et Yasmina   Baddou de l'instance de décision du parti (Comité exécutif). En répondant positivement à la requête des deux concernés, le juge a bloqué l’exécution de la décision du parti de geler leurs activités partisanes. Baddou, Ghellab et par extension Hejira réintègrent ainsi le Conseil national du parti de la Balance. Les hostilités peuvent reprendre. La sanction disciplinaire dont ils ont écopé n’a pas refroidi leur ardeur. Le360.ma
Afrique du Nord. 20% des jeunes veulent émigrer. Un jeune sur cinq dans les pays du pourtour méditerranéen (Maroc, Algérie, Tunisie, Égypte et Liban) veut émigrer selon une enquête publiée par le Centre des affaires internationales de Barcelone (CIDOB). Réalisée auprès de 10.000 jeunes, l’enquête montre que la proportion de jeunes désirant émigrer est plus élevée en Tunisie (53%). Et contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce sont les diplômés qui sont les plus attirés par l’émigration. Les principales raisons évoquées restent le niveau de vie (28%), la situation économique (22%), l’emploi (12%) et le système éducatif (10%).    Leconomiste.com